Les 4 impacts destructeurs du stress sur votre enfant

Un pourcentage extrêmement élevé d’enfants dans le monde est exposé au stress dès  les premiers mois de leur vie. 

Le stress peut être subdivisé en différentes catégories : stress positif, stress tolérable et  stress toxique.

Le stress positif se caractérise par de brèves augmentations du rythme  cardiaque et des niveaux d’hormones. Le premier jour d’école ou le premier récital de  piano sont des exemples de stress positif.

Le stress tolérable active les systèmes  d’alerte du corps à un degré plus élevé. Parmi les exemples de stress tolérable, citons  un accident de voiture effrayant ou une admission à l’hôpital.

Si l’activation est limitée  dans le temps et amortie par des relations avec des adultes qui aident l’enfant à  s’adapter, le cerveau et d’autres organes se remettent de ce qui aurait pu être des effets  néfastes. 

En ce qui concerne le stress toxique, il survient lorsqu’un enfant est confronté à une  adversité forte, fréquente et/ou prolongée qui entraîne des modifications de son état  de base et de sa mémoire. 

Sachant que le cerveau de notre enfant est extrêmement malléable, les impacts d’un  stress toxique qu’ils peuvent subir méritent d’être connus. 

Vous verrez dans cet article 4 effets néfastes de ce stress toxique sur votre enfant et  sa mémoire.

1- Le stress chronique endommage l’hippocampe de l’enfant

enfant stress

Lors d’un stress chronique, le cerveau est constamment baigné de corticostéroïdes, il  endommage alors l’hippocampe, inhibant sa capacité à former des souvenirs.

En outre,  lorsqu’un enfant est stressé, le cerveau inhibe le cortex préfrontal afin de permettre à la  réaction de lutte, de fuite ou de crispation de se déclencher.

Le cortex préfrontal est  responsable de la récupération des souvenirs, ce qui explique pourquoi nous avons un trou de mémoire lors d’un test stressant. 

L’hippocampe des enfants souffrant de stress post-traumatique rétrécit  inéluctablement.

Il s’agit d’une structure cérébrale qui aide à stocker et à trier la  mémoire et les émotions.

L’hippocampe atrophié peut rendre les enfants « moins aptes  à gérer le stress et augmenter l’anxiété. »

2- Un impact sur la mémoire spatiale

Grâce à un financement des National Institutes of Health, des chercheurs scientifiques  ont interrogé 61 enfants âgés de 9 à 14 ans sur les événements stressants survenus au  cours de leur vie. 

Ils ont également utilisé l’imagerie par résonance magnétique (IRM) pour scanner le  cerveau de chaque participant et ont constaté que le cingulaire antérieur, qui se trouve dans le cortex préfrontal, prenait moins de place chez les enfants très stressés.

On  pense même que le cortex cingulaire antérieur joue un rôle dans toute une série de tâches émotionnelles et cognitives, notamment dans ce qu’on appelle la mémoire de  travail spatiale, ou le poste de travail en quelque sorte, où les informations spatiales  peuvent être traitées et consultées rapidement.

3- Une diminution de la matière grise et de la matière blanche

Dans cette expérience, les chercheurs ont également examiné les différences dans les  quantités de matière grise et de matière blanche dans le cerveau, et ont constaté que les deux types de tissu présentaient des volumes plus faibles dans le groupe trop  stressé par rapport au groupe non stressé.

La matière blanche comprend les longs  appendices filiformes de certains neurones qui transmettent les signaux électriques  utilisés par les cellules du cerveau pour communiquer ; la matière grise est constituée  des corps cellulaires qui utilisent essentiellement les informations partagées par la  matière blanche pour « faire le calcul ».

4- Augmentation significative du niveau de cortisol

cortisol enfant

Une étude réalisée par le centre médical de l’université de Stanford et rapportée par la  BBC News Online affirme que les enfants stressés avaient des niveaux plus élevés de cortisol, une hormone du stress. 

Selon Sue Gerdhardt, psychothérapeute psychanalytique britannique et auteur de  Why Love Matters : How Affection Shapes a Baby’s Brain :

« Dans des situations  normales, la production de cortisol n’est pas nocive, mais si un enfant est laissé sans  confort pendant trop longtemps ou exposé de manière excessive à une situation  stressante, son taux de cortisol va monter en flèche. Ce phénomène est lié à la  dépression et à l’anxiété, et, alternativement, à la violence et à l’agressivité. »

Si le cortisol est présent chez l’enfant à des niveaux élevés, il tue les cellules du cerveau  et entrave le développement intellectuel de l’enfant.

Il interfère avec la capacité du  cerveau à former la mémoire en inhibant l’utilisation du sucre sanguin par  l’hippocampe.

Il empêche également les neurotransmetteurs d’établir les connexions  appropriées dans le cerveau, ce qui rend l’enfant incapable de se concentrer et  d’apprendre. 

D’autres études ont montré que les enfants qui sont stressés au cours de leurs trois premières années ont tendance à être sensibles au stress.

Leurs cerveaux sont câblés  pour réagir de manière excessive aux situations stressantes et ils deviennent  hyperactifs, anxieux, impulsifs et souvent névrosés.

Lors de nos ateliers de lecture rapide, nous enseignons la  lecture rapide pour permettre à votre enfant de gérer et de diminuer son stress.  

Une étude réalisée en 2009 par l’université du Sussex a d’ailleurs révélé que la lecture rapide pouvait réduire le stress jusqu’à 68 %.

Elle fonctionne mieux et plus rapidement que d’autres méthodes de relaxation, comme écouter de la  musique ou boire une tasse de thé chaud !


EN SAVOIR PLUS SUR LA LECTURE RAPIDE

Abonnez-vous à notre newsletter

Devenez un expert de l'Ennéagramme

Partager cet article

Share on facebook
Share on linkedin
Share on twitter
Share on email

Nos articles similaires

Enfant lecture rapide kids

Recevez des clés pour aider votre enfant dans sa scolarité